Pandémie du COVID-19 : Une plaie pour les acteurs du monde de l’évènementiel

Comme réponse pour contrer le COVID-19, le gouvernement burkinabè décide de la prise de certaines mesures. L’annulation des différents évènements et d’activités en font partie. Des mesures qui portent un « coup dur » aux acteurs de l’évènementiel au Burkina Faso. Ils donnent leurs avis sur la mise en place du fond soutient aux acteurs culturels ainsi que du comité de gestion.

L’entrée du COVID-19 sur le territoire burkinabè a conduit le gouvernement à prendre des mesures contre la propagation du virus. Il s’agit notamment du confinement de la population et la mise en quarantaine des villes. Des mesures conduisant à l’annulation des évènements. Alors, les acteurs du domaine ne sont pas épargnés par ces conséquences négatives.

Benjamin Boni, comme nom d’artiste « Lanky Boni » est promoteur culturel à Bobo-Dioulasso. Il tire du CORONAVIRUS que des aspects négatifs avec l’annulation d’évènements. « On avait deux festivals entre le 15 et 22 mars 2020 en Guinée et au Mali, qui ont été annulés. Nous sommes alors bloqués» a-t-il dit. En plus, il a ajouté qu’il avait également deux activités nationales annulées. Il révèle que des solutions sont inexistantes pour permettre aux artistes d’être sur scène, alors qu’ils sont rémunérés en fonction des prestations.
Un artiste slameur de la ville de Sya, Mohamed Christian Ouédraogo, alias M-Christ déplore cette situation. « L’impact est visible, surtout sur le plan économique. Nous perdons de l’argent et du temps en même temps» a-t-il signalé. Selon l’artiste, il avait établi un plan de travail avec son Staff et était censé aller en tournée nationale. L’artiste était également invité par des structures sur le plan régional pour participer à des évènements.
La question de la mise en place d’un fond de soutien aux artistes est également un aspect apprécié par le deux acteurs culturel. « J’ai apprécié positivement la mise en place du fond pour soutenir les acteurs culturels.

Les artistes se plaignaient d’un oubli de la part du gouvernement» a laissé entendre Boni Lanky. Il est confiant concernant le comité de gestion du fond car il pense que les dirigeants du fonds sont professionnels. Pour M-Christ, ce fond permettra aux artistes de subvenir à quelques besoins en attendant le début des évènements ou activités. « Concernant le comité, nous allons leur laisser le bénéfice du doute, nous pourrions les juger en fonction de leur travail » a-t-il ajouté.

Diro Benoit Wilfried TOE
(Collaborateur)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *