Musique : « Rien que la paix au Faso », c’est le titre du 2e album de l’artiste Sik-Sak.

Sik-Sak de son nom d’artiste, Sow Justin à l’état civil a présenté son nouvel album à la presse ce dimanche 6 septembre 2020 dans l’enceinte de l’école nationale de police à Ouagadougou. Intitulé « Rien que la paix au Faso », ce joyau contient 8 titres chantés en langue SAN et Français. Une façon pour l’artiste de rendre hommage à tous les victimes du terrorisme au Burkina Faso.

« La musique, je l’avais dans ma peau depuis le lycée » a-t-il avoué. Une passion qui a permis à l’artiste Sik-Sak de participer à Faso Accademy en 2011 et 2013. Eliminé dès les quarts de finale, l’artiste c’est pas laissé abattre et en 2015, il met sur le marché du disque son premier album. Cinq (5) ans après, il est de retour avec un nouvel album intitulé « Rien que la paix au Faso ».
« Rien que la paix au Faso », est dédié à tous les burkinabè tombés sur le champ de bataille, à en croire l’artiste. « J’ai un cœur plein d’amour pour ces victimes tombées pour la patrie » a-t-il dit. Un amour qui a poussé l’artiste à choisir l’enceinte de l’école nationale de police afin de communier encore plus avec ses forces de défense et de sécurité (FDS) dans le but de les encourager, de les motiver encore plus dans le combat qu’ils mènent contre l’ennemi. « Vue que je n’ai rien pour eux (Ndlr FDS), alors j’ai décidé de remonter leur moral avec ma voix » a-t-il avoué.

Ce 2e opus est composé de huit (8) titres variés. Un titre comme ‘’Rien que la paix au Faso’’, décrit la fragilité de la paix au Burkina. ‘’Nouveau monde à l’ENP’’, ‘’Embarquer-Débarquer’’, le premier vante les louanges de l’école nationale de police et le second rend hommage aux hommes de tenue. ‘’Wakèbôllô’’ et ‘’Wouroufoulou’’, rendent hommage à nos traditions, nos sources et racines mais aussi aux paysans. L’artiste chante aussi dans cet album ‘’L’Amour’’ et ‘’Corver WC’’, qui est une danse de lacrou (élèves) policier a-t-il dit.
Sa carrière musicale débute en 2015 avec deux albums sur le marché du disque. Pour la promotion de l’album, l’artiste affirme qu’un plan de carrière a été dressé et que des tournées et spectacles dans les 13 régions du pays sont aussi envisagés.
Se prononçant sur la disponibilité de l’album, l’artiste affirme qu’il est disponible dans toutes les alimentations, radios et maisons de disques du pays. Vu que l’album est dédié aux FDS, les mélomanes peuvent avoir le CD à un prix forfaitaire de 2000 FCFA, a-t-il dit.

L’artiste a profité de cette occasion pour remercier sa hiérarchie, ses parents, amis et connaissances qui ne cessent de le soutenir moralement et financièrement. « Le faite que ma hiérarchie m’autorise à faire de la musique en plus de mes obligations professionnelles est, pour moi déjà un soutien », a-t-il avoué.

Pour le parrain de l’artiste, Walib Bara, Directeur général du Bureau Burkinabè des Droits d’Auteurs (BBDA), la valeur des thématiques abordés par l’artiste dans son album, est d’actualité donc il était normal de venir le soutenir au nom du ministre de la culture. « Le pays traverse actuellement une situation sécuritaire difficile et un album comme celui-ci pourrait être un outil pour toucher les âmes et véhiculer des vertus », a-t-il ajouté.

Hamadou BOUDO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *