Covid-19: Le ROPSA-B interpelle les autorités pour un meilleur accompagnement des producteurs agricoles.

Le Réseau des organisations paysannes pour une synergie d’actions au Burkina (ROPSA-B) a organisé, hier mardi 8 septembre 2020 un point de presse à Ouagadougou. Objectif, informer et interpeller les autorités sur les conséquences de la covid-19 sur les producteurs, mais aussi solliciter leur accompagnement pour plus d’actions envers les producteurs rurales, victimes des mesures préventives de la pandémie.Covid-19: Le ROPSA-B interpelle les autorités pour un meilleur accompagnement des producteurs agricoles.

Les membres du ROPSA-B

C’est le centre de presse Norbert Zongo de Ouagadougoule qui a servi de cadre pour ce point de presse. Dans leur déclaration, les membres du réseau ont affirmé que les mesures barrières instaurées en vue de freiner l’élan de la covid-19 nuisent à la bonne marche des activités des producteurs.
Pour Jules Zongo, président du Réseau des organisations paysannes pour une synergie d’actions au Burkina (ROPSA-B), cette situation a créé la mévente de leurs produits. Conséquence, plusieurs milliards de francs CFA ont été perdues par les producteurs à cause du non écoulement des produits et leurs inaccessibilité, a-t-il dit. « Pour minimiser les pertes, certains producteurs sont obligés de vendre à vil prix leurs produits. » a-t-il ajouté.

Outre cela, les membres du réseau dénoncent des manquements dans la mise en œuvre de l’opération de distribution des intrants agricoles. Comme insuffisances, ils ont relevé la mauvaise qualité des réseaux de communication qui n’a pas permis aux producteurs surtout ceux du milieu rural d’avoir l’information. L’absence des agents agricoles ainsi que des élus des chambres régionales d’agriculture dans cette opération de destruction d’intrants a aussi été dénoncé par les membres du réseau. « Nous saluons l’opération, mais nous dénonçons les manquements constatés dans sa mise en œuvre » ont-ils dit.

Les membres du réseau interpellent donc le gouvernement de diligenter une enquête sur cette opération de distribution des intrants agricoles afin de situer les responsabilités, mettre aussi en place des mécanismes de financements adaptés à la spécificité de chaque filière pour relancer les activités agro-sylvo-pastorales ; réduire les taux d’intérêts sur les crédits agricoles ; construire des magasins centralisateurs équipés pour le stockage des produits agricoles.


Le ROPSA-B souhaite aussi l’opérationnalisation du fonds de lissage destiné aux producteurs d’anacarde ; la responsabilisation des différentes structures, à savoir la Chambre nationale d’agriculture (CNA), les Chambres régionales d’agriculture (CRA) et les Organisations professionnelles agricoles dans l’opération de distribution d’intrants ; l’appui de la CNA et des CRA en ressources humaines et financières nécessaires. Des mesures qui viendront sans doute diminuer la souffrance des producteurs ruraux en majorité vulnérables.

Hamadou BOUDO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *