Foncier: Le mouvement « Les Gilets verts » interpelle l’état sur les activités des promoteurs immobiliers.

Le mouvement dénommé « Les Gilets verts » a organisé ce samedi 12 septembre 2020 un point de presse à Ouagadougou. Objectif, présenter son organisation et évoquer les difficultés liées au foncier au Burkina Faso.

« La politique de logement engagée par l’état n’apporte pas de réelles solutions aux difficultés des populations » à en croire Fréderic Yameogo, président du mouvement des Gilets verts. Pour ce mouvement, l’accès à des logements décents, saints est devenu une réelle préoccupation pour les populations à tel enseigne que certaines personnes, assoiffées d’argent en font un fonds de commerce.
Pour ce mouvement, la question foncière est une bombe à retardement au regard du prix exorbitant des parcelles à usage d’habitation, l’exagération sur les prix des matériaux de construction. Si les textes et lois qui régissaient le secteur étaient appliquer normalement, les problèmes tels que la cherté des prix des loyers locatifs, la spoliation des terres des paysans, les détournements des espaces publics réservés n’allaient pas être monnaie courante sous nos cieux, a déclaré Frédéric Yameogo, président du mouvement.

Sur la question de l’occupation anarchique des espaces, surtout dans la ville de Ouagadougou, Frederic Yameogo pense qu’’il est du devoir de l’état de sensibiliser les citoyens sur les modalités d’occupation des lieux bien avant mémé que ces derniers ne passent à l’acte. Mais si ce travail en amont n’est pas fait, ces occupations anarchiques perdureront toujours dans nos cités, a-t-il ajouté.
Le mouvement les Gilets verts est aussi favorable pour une levée de l’interdiction des lotissements dans les grandes villes comme Bobo et Ouaga, mais à la seule condition que l’autorité rassure les populations sur les dispositions prises pour que lesdits lotissements se feront dans la transparence totale.
Les membres du mouvement interpellent donc le gouvernement à informatiser le système d’attribution ou de lotissements des parcelles afin qu’une seule personne ne soit attributaire ou bénéficiaire de plusieurs parcelles, publier aussi la liste officielle de toutes les sociétés immobilières à jour de leurs documents, veiller aussi à l’application des lois encadrant la promotion du foncier au Burkina.
Le mouvement les « Gilets verts » souhaite aussi que les stratégies de location-vente des logements sociaux revoient le jour comme ça été le cas dans le passé sous la révolution.

BGH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *